Savvas Christodoulides

Simples objets visuels, ces ?uvres me sont apparues comme les restes, comme les figures d’une certaine survivance, comme les fragments d’une energie qui subsiste sous la forme blanche et lumineuse d’un balbutiement n’ayant plus besoin de parole, ni de phrase ni de recit.
La fonction picturale ne surgit pas avec le surgissement du visible comme image mais elle surgit, elle fleurit ou elle nait avec ce qui du visible demeure – presque rien, une trace – voire avec la disparition du visible. Et depuis, comme dans les ?uvres de Savvas Christodoulides, l’interpellation essentielle de l’experience visuelle et des dispositifs de vision ne reside pas tant en ce que nous pouvons apprehender ou cerner de ce que nous voyons, mais en ce que nous ne pouvons pas le faire a travers la precarite d’une image, et surtout en ce que nous devons suppleer cette precarite par notre corps present qui regarde et deambule face a ce qu’on nous presente comme vision, et avant tout comme ‘absentification’ visuelle.
Strategies de disparitions intimes et cependant consequentes, ces ?uvres nous parlent d’une autre presence et d’une autre communication, – celle de celui qui se derobe derriere elles et qui vient du lointain, celle de celui qui brode sur l’image les fils defaits et epuises de son dechirement apparent. C’est ainsi que de ces images dechirees surgit l’impression, ou encore une fois le spectre, d’un labeur patient, d’un incessant filage qui les constitue comme figures d’une certaine melancolie, d’un silence eblouissant. Ce qui importe en fin de compte ce n’est pas de comprendre ce qu’elles nous disent mais de pouvoir s’interroger, devant leur subtile geographie devastee, sur ce qu’elles sont en train de nous dire, ou de nous montrer, quel est en somme cette etrange chiffre qu’elles ne cessent de dessiner afin que nous restions la comme dans une chambre de veille, ouverte a la lumiere de tout passage.
Tout ceci, tortueux et sans doute imprecis peut etre utile afin de tenter de definir par une phrase breve, que je voudrais intense si l’ecriture pouvait nous livrer ses forces, ce qui me semble constituer principalement le travail de Savvas Christodoulides : presenter l’absence, rendre diversement presente l’absence et nous rendre presents aux formes diverses et dissemblables de l’absence.’ Absentifier ‘ aussi la presence des choses, l’excessive presence des corps et faire avec aux des spectres, des figures du desert.


Parse error: syntax error, unexpected ',', expecting ')' in /home/savvasch/public_html/wp-content/themes/gridlocked/footer.php on line 11